L’intention de la méditation est de modifier  son rapport au quotidien. Elle est un apprentissage conscient  à « être présent » à soi. Cette pratique nous permet de développer  l’accueil, le calme et le clarté.

Les enseignements  de la «pleine conscience»:

Il existe de multiples types de méditation :  Vipassana, transcendantale, zen…rassemblant elles même plusieurs techniques.« Vippassana » signifie en sanskrit  « vision claire ». Elle est pratiquée en général couplée avec la méditation « Samatha » qui signifie « concentration ». Sur ce site, lorsque je vous parlerais de méditation ; je sous entendrais plus spécifiquement  la méditation « Vipassana »  et « Samatha » car ce sont celles que j’ai pratiquées tout au long de retraites silencieuses. Ces pratiques consistent toutes deux en une attention introspective.

La « Méditation pleine conscience »  est l’adaptation occidentale et Laïc de ces deux traditions( Concept crée en Amerique par John Kabat Zin). Elle est entrée depuis peu dans les hôpitaux  sous forme d’un programme  protocolaire nommé MBSR (Minffullness Based Stress Réduction) et MBCT (Mindfullness Based Cognitive Thérapie) . En effet les études qui valident les bénéfices de la méditation sont de plus en plus nombreuses.

De manière générale, la Pleine conscience n’est pas seulement une pratique sur le coussin,   elle peut être développée n’importe quand n’importe où, même si une pratique formelle permet de l’initier, de la comprendre, de l’explorer et de la développer plus profondément.

meditation-psychologue-somatotherapie-herault-34-stress-depression

Du Calme à la clarté:

Il ne s’agit ni de « penser à quelque chose » ni de « faire le vide » ; Nous prêtons attention et sommes vigilant à notre propre présence et notre relation à l’environnement.

Ainsi la méditation  débute par un entrainement au calme mental : la concentration généralement sur  la respiration, spécifiquement sur l’expiration,  permet de se détendre,  et de ralentir son esprit.
Puis l’attention s’élargit  à tout ce qui apparait :

  • notre corps, (qu’est-ce que j’observe comme sensations ?, émotions ?…,)
  • notre esprit (quelles pensées, images  apparaissent?..)
  • notre environnement (Qu’est ce qui est entendu, vu ?…).Cela permet de scanner intérieurement son corps avec une grande précision.

Aucune pensée, image ou sensation  n’est une intrusion. Progressivement,tandis que les pensées s’adoucissent, les tensions se délient. Des mécanismes répétitifs de pensées se désagrègent naturellement, des voilent se lèvent,des contradictions et des mensonges que nous nous faisons à nous-même se révèlent…C’est ce que l’on appelle en bouddhisme « l’auto libération ». L’attention se précise, s’affine, et nous accédons à de plus en plus de clarté psychique. Cet entrainement permet donc à la fois centrage et ouverture panoramique ;

Pourquoi accueillir: l’intention de la méditation

La vraie difficulté concerne l’accueil ou l’évitement des  sensations et émotions désagréables. En effet, pourquoi ne pas se distraire en attendant que la crise passe ?  Ces stratégies d’évitement sont aidantes à court terme  car ce sont les moyens disponibles dans l’immédiat ;  elles permettent  de traverser certaines situations,  ainsi que de trouver certaines ressources, mais ne sont pas aidantes à long terme.

L’acceptation des pensées négatives à laquelle on s’entraine dans la méditation n’est pas une forme de passivité mais simplement  une intention d’être présent et de faire face.

Cette attention introspective permet dans un premier temps de prendre simplement conscience de son intériorité mais surtout dans un deuxième temps de pouvoir la contenir. En méditant on apprend  à respirer, à s’accueillir grace à la détente du corps, et à être témoin de son expérience. On apprend ainsi à contenir sa charge. Nous nous entrainons réellement à développer de  la confiance en nous,  et construire de la sécurité intérieure.

Parfois lorsque les blessures sont trop submergeantes pour rester face à elles, ou que les strategies d’évitement sont trop dominantes pour faire face et méditer seul, l’accompagnement du thérapeute peut etre utile. Le somatothérapeute pourra en particulier, par sa propre bienveillance,  l’accompagnement et le « toucher » permettre de faire face à ce vécu corporel et de le traverser.

Prendre soin de ses états d’âme » permet une meilleure connaissance de soi,  de ses besoins, de ses sensibilités. En comprenant les mécanismes qui nous habitent et qui nous animent, on apprend à s’accepter tels que nous sommes réellement avec nos qualités et nos défauts. C’est un premier pas vers l’atteinte du bonheur et une plus grande sagesse.

http://www.apprendre-a-mediter.com/