Chacun d’entre nous a pu être touché par une forme de stress  une fois dans sa vie ; cela peut être la  peur, la peur de la peur, l’anxiété, la panique, l’ angoisse ,  phobies…Les moyens pour traiter ces émotions et trouver de l’apaisement peuvent s’apprendre en partie.

Depuis que l’homme sait qu’il est mortel, il a du mal à être tout à fait décontracté…

Woody Allen…

L’ anxiété

A l’origine de l’humanité, le stress  était utile à la survie de l’espèce : elle servait de signal d’alarme  permettant de se préparer au danger. A notre époque pourtant encore, chacun d’entre nous a déjà vécu des situations dangereuses ou stressantes qui provoquent un sentiment de peur ou de panique.

La différence entre une personne prudente et une personne anxieuse est que la personne prudente cherche la sécurité tandis que l’autre cherche les signaux de danger. Chez les personnes souffrant de troubles anxieux, une inquiétude excessive et le sentiment d’insécurité apparaissent régulièrement. De nombreuses situations, parfois anodines et banales provoquent chez les anxieux une grande tension voire des bouffées d’angoisse et le sentiment de perte de contrôle.

stress-examen-psychologue-somatothérapie-montpellier-herault-34-

les types de peurs

L’esprit  anxieux cherchera a constamment scanner la réalité tel un radar cherchant les dangers… L’inquiétude mêle un sentiment de peur, il y a de l’’insécurité, un état d’agitation et d’énervement…Les sensations physiques  sont plus ou moins intenses (sueurs, palpitations cardiaques, douleur abdominale, mal de dos, boule dans la gorge, tremblements, diarrhée, etc.)

Lorsque nous nous inquiétons, nous ne nous contentons pas de faire des prédictions mais  nous y « croyons ». Le processus a été étudié par les cognitivistes tel que suit :

  • 1/On produit des hypothèses sur les dangers à venir « il se peut que je rate mon examen » 
  • 2/ on prend l’hypothèse pour une certitude devient  « je vais rater mon examen »
  • 3/ on réagit comme si elle était réalité. Dans le corps et le cerveau, il n’y a pas de différence entre penser et avoir le problème : si je pense que je vais rater mon examen, mon  corps et esprit réagissent comme si je le ratais.

 

Ces formes de peurs sont donc souvent anticipées, et nous sommes « pré-occupés » : l’esprit est encombré,  Il n’y a alors plus d’espace libre pour vivre le présent. Le stress peut empêcher d’agir, causer des blocages, entraver la réalisation des projets ce qui provoque des difficultés dans les relations personnelles et des problèmes au travail. L’anxiété est souvent la cause des conduites d’addiction aux produits psychotropes (alcool, cannabis, sédatifs, anxiolytiques, somnifères) que les anxieux utilisent pour dompter l’angoisse.

 

Parmi les formes les plus fréquentes on distingue :

  • L’anxiété sociale ; phobie sociale : la peur de voir les autres »,
  • Anxiété généralisée : peur de « tout »
  • Les crises d’angoisse (autrement appelées attaques de panique)
  • Le trouble panique avec la « peur de la peur »,
  • Les phobies

Trouver de l’ Apaisement

Pour sortir de ce cercle vicieux,  calmer le stress et retrouver un apaisement, nous aurons alors recours à des moyens cognitifs et corporels, et analytiques.

 

  •  Dimension  cognitive : La pleine conscience et l’attention sur  ses ruminations, de ses scénarios négatifs…l’observation des pensées  pour ce qu’elles sont sans s’identifier.
  •  Dimension corporelle : pleine conscience de ses tensions, via  le massage et la respiration comme nous le faisons en somatothérapie.
    Dimension analytique : les symptômes anxieux ont leurs sens ; leur messages concernant notre histoire : ils ont leurs origines dans les traumatismes, dans les privations émotionnelles et relationnelles de l’enfance.